Revenir au site

En quête de succès

Brian Firth, PDG de FitQuest, nous livre son analyse du marché.

En 2018, FitQuest a renforcé sa présence sur le marché, travaillant sur des déploiements avec The Gym Group au Royaume-Uni, en étant présent chez Go Fit en Espagne ainsi qu’avec des opérateurs en Asie, en Pologne, en Allemagne et en France.

Les utilisateurs effectuent 5 tests (pompes, sauts explosifs, sprint, équilibre et récupération) tandis que la machine mesure 8 paramètres :

  • La force du haut du corps
  • L’endurance du haut du corps
  • La force du bas du corps
  • L’endurance du bas du corps
  • L’équilibre
  • La puissance musculaire explosive
  • La vitesse
  • La récupération cardiovasculaire

FitQuest est doté d’une interface tactile intuitive que les utilisateurs peuvent utiliser de façon autonome. Il suffit de quatre minutes pour faire une évaluation précise de l'état de santé et les résultats peuvent être utilisés afin d’élaborer un programme personnalisé.

« Nous entrons dans une nouvelle ère, dans laquelle nous utilisons des données solides dans le but de créer des programmes d’entrainement fondés qui permettent de s’attaquer aux problématiques de santé et de forme physique » déclare le PDG de FitQuest, Brian Firth.


« Le futur de la santé et du fitness passera par l’automatisation, la personnalisation et la programmation basées sur les données. » B. Firth remarque que Fitquest est intégré de diverses manières dans les salles de gym. L’une des plus populaires, retenue notamment par The Gym Group, consiste à offrir l’accès à FitQuest aux membres premium de la salle. En outre, la machine peut-être programmée afin que les membres qui ne bénéficient pas d’un abonnement premium puissent payer individuellement pour l’utiliser.

Cette approche permet d’obtenir une source de revenus supplémentaires pour le club, ainsi qu’un nouveau service pour les membres. Cela incite à la pratique régulière de l’exercice et augmente le taux de rétention de la clientèle», explique B. Firth.

En Asie, où le recours aux personnal trainers est plus répandu qu’en Europe, les scanners corporels -tels que FitQuest- sont fréquemment utilisés afin d’augmenter les ventes des services des personnal trainers.

Le personnal trainer interprète le score avec l’adhérent et propose des exercices adaptés et personnalisés afin d’améliorer ses mesures”, informe B. First. « Cela lui permet de comprendre très rapidement les besoins de ses clients et d’obtenir ainsi un statut qui se rapproche plus de celui de« coach », qui aide les adhérents à tirer le meilleur parti de cet entraînement. »

Enfin, B. Firth envisage que FitQuest puisse être utilisé afin de prendre en charge une nouvelle catégorie d’adhérents digitaux, pleine de promesses, qui mobiliserait plus de personnes et augmenterait le taux de pénétration.

« FitQuest offre une possibilité tellement simple et efficace de créer un programme d’exercices personnalisés, que les salles de sport peuvent développer grâce au scanner, et mettre les programmes à jour pour les personnes qui choisissent de s’entraîner en dehors de la structure» dit-il. « Ils peuvent venir à la salle toutes les 6 semaines afin de revoir et ajuster leur programme”.

Un important opérateur espagnol utilise une approche similaire à celle-ci dans sa structure, en utilisant FitQuest pour réaliser des bilans de santé et prescrire ensuite un programme d’entraînement comprenant un mélange d’activités qui dépendent des capacités, des intérêts et du mode de vie du membre.

Dans d’autres structures, la machine FitQuest a remplacé l’ancien bilan de santé qui durait alors une quarantaine de minutes.

« Cela signifie que le personal trainer passe uniquement 4 minutes à évaluer les performances de l’adhérent et qu’il lui reste 36 minutes pour créer un programme personnalisé qui intègre des activités qui l’intéresse” affirme B. Firth.

« Nous constatons l’apparition d’une approche bien plus holistique à l’étranger. Les opérateurs proposent un éventail d’activités, notamment du vélo de route, du VTT ou encore de la course à pied en extérieur, en complément des activités qu’ils proposent dans la structure. Nous commençons à observer l’apparition de programmes individuels mis en place par les opérateurs pour les adhérents, et qui incluent une plus large variété d’options. Cette approche n’est pas encore arrivée sur le marché britannique, mais pourrait-être une façon d’augmenter le taux de pénétration. Par exemple, le kayak en eau douce est excellent pour développer la force du haut du corps, mais aller au travail en marchant pourrait également faire partie d’un programme qui inciterait les gens à s'engager davantage dans leur entrainement et dans le club". »

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK